Qu’est-ce que le CDI intérimaire ?

Dans le secteur du travail en intérim, les solutions se diversifient pour répondre à des besoins variés, tantôt à des besoins de souplesse, tantôt pour assurer davantage de sécurité sur le moyen terme. Le CDI intérimaire constitue un contrat particulier dont l’intérêt relève d’une recherche d’équilibre. Précisions.

CDI intérimaire : définition et description

Le contrat CDI est une des évolutions d’un contrat d’intérim, notamment quand le travailleur temporaire est embauché définitivement dans l’entreprise utilisatrice à laquelle il est rattaché. Mais un contrat CDI intérimaire est un concept un peu différent. En l’occurrence, l’intérimaire le demeure, mais bénéficie d’un contrat de mission à durée rallongée. Il arrive également qu’un candidat en intérim soit directement recruté en CDI intérimaire. Le CDI intérim consiste dans tous les cas en l’octroi de contrats de missions successifs.

A rappeler que le contrat d’intérim ou contrat de mission peut être renouvelé dans certaines limites de nombre de reconduction, et en fonction de la durée du contrat principal. Mais ce contrat de missions successives ne devra pas durer plus de 36 mois, du moins en l’absence de clauses conventionnelles dans le contrat. Des dispositions légales existent pour ce type de contrat CDI.

Avantages et inconvénients d’un CDI intérimaire

Le CDI intérimaire est une formule récente qui consiste en l’adaptation du contrat d’intérim aux principes d’un contrat à durée indéterminée. Son principal avantage est de procurer plus de stabilité d’emploi à l’intérimaire. Ensuite, l’intérimaire en CDI bénéficie d’un traitement salarial plus avantageux qu’un intérimaire classique, en étant assuré d’un salaire mensuel minimal garanti durant les périodes où il n’a pas de mission. Ces mêmes périodes sans travail sont comptabilisées dans le calcul des indemnités compensatrices de congés payés.

La partie contraignante d’un CDI intérimaire consiste en une absence de définition claire de la nature ou du contenu des missions, alors que l’intérimaire devra les accepter. L’employé en intérim devra accepter tout ce qu’il lui tombe dessus dans le cadre de sa mission. En dehors de cette absence de liberté, l’un des inconvénients majeurs du CDI intérimaire par rapport à l’intérim traditionnel est l’absence de la prime de précarité ou de l’indemnité de fin de mission.

Modalités d’un CDI intérimaire

Pour passer un contrat CDI intérimaire, il faut être embauché en cours de mission d’intérim, ou être candidat à un poste de CDI intérimaire ouvert. Dans tous les cas, un nouveau contrat d’intérim est mis en place stipulant l’embauche ou passage en CDI. En effet, à la différence des CDI classiques qui peuvent être écrits ou verbaux, la version intérim doit être nécessairement écrite.

Quant à la rupture du contrat CDI intérimaire, elle est un peu plus simple que celle d’un contrat d’intérim classique. Par exemple, le licenciement pour faute simple est possible. Les deux parties peuvent aussi convenir d’une rupture conventionnelle mettant en place des modalités convenues. En tout cas, en cas de rupture conventionnelle ou de licenciement, l’intérimaire peut bénéficier de l’allocation ARE (aide au retour à l’emploi), s’il est inscrit à Pôle Emploi et s’il atteste avoir accompli au moins 610 heures de travail au cours des 28 derniers mois. Retrouvez plus d’info sur les intérimaires, et faites une plus large connaissance avec les différents contrats d’intérim, leur intérêt et leurs limites.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.